fièvres.

Rapport au monde des vivants: Pour tous ceux à qui je dois des nouvelles, désolé du silence radio; je passe mes journées entre des lits et des salles d’attente. C’est ben le fun. En vrac, donc: festival de la bande dessinée francophone de québec — illustration de pascal girard pis vincent giard J’ai fait l’affiche du prochain festival de bande dessinée francophone de Québec avec Pascal. C’est une affiche drôle. Il paraîtrait que, je cite, «des copies de l’affiche seront disponibles lors de l’évènement, en échange d’un sourire.» Ce qui signifierait que vous n’auriez plus ledit sourire une fois l’affiche en mains? affiche-2.png Désolé pour ceux qui se sont pointés à ma performance au Musée des Beaux-Arts pour la Nuit Blanche; je suis certain que Jimmy (à qui j’ai posé un lapin une fois de plus) et Zviane (qui m’a remplacée sur un dix cenne) ont rocké ça comme les professionnels qu’ils sont, inspirés par le fantôme du papa des Kin-der-kids. affiche-3.png La Mauvaise tête débarque bientôt, bientôt. Réservez-vous déjà votre mardi 20 mars, parce que c’est là qu’on va lancer la Muse récursive de David (il poste quelques appéritifs par ici) et Du Chez-soi d’Ariane. Je vous chante la pomme davantage dès que je retrouve au moins un poumon. affiche-4.png Mi-mars, c’est aussi le lancement de la revue critique Trip 7, dont j’ai apparament fait l’habillage? Je devine de mes bouts de dessins dans des collages de Marc, je suis curieux de voir ça. affiche-7.png Une rumeur court comme quoi le site de colosse serait peut-être en train d’être en cours de possiblement s’engager vers… ah, peut-être pas en fait. Haha, vous allez voir, vous allez attendre encore genre huit ans et à la fin ça va être une grosse bouse en Flash. Oh, tiens, et j’ai parti un zine hebdomadaire: FONTE C’est un outil de travail: à chaque semaine («tant qu’il y a grève»), on y fourre dedans une partie de ce qu’on a pondu pendant la semaine, qu’il s’agisse de prépublication ou carrément de brouillons, et on ne l’imprime qu’au double triple du nombre de participants. Ceux de la première fournée: François poète des géométries vermillion, Sophia Ondine Y. en grande forme (ben, sur papier, en vrai elle est aussi poquée que moi), «Garçon» que vous devriez déjà suivre de près, Alexandre qui, oui, peut dessiner seul, Antonin Buisson sur son trente-et-un, moi, pis un certain Cédric Plante (dont c’est la première publication depuis trop, trop, trop longtemps.) Ce premier numéro, tout comme moi, est épuisé.